Maîtrisez vos finances en entreprise!Découvrez les clés de la détermination des charges déductibles pour optimiser vos impôts

Pour les entrepreneurs et les dirigeants d’entreprises, la gestion fiscale est une dimension cruciale qui peut avoir un impact significatif sur la rentabilité et la croissance. Au cœur de cette complexité fiscale se trouve le concept des charges déductibles, un levier stratégique permettant aux entreprises de maximiser leurs bénéfices tout en respectant les obligations légales.
Comprendre comment identifier, évaluer et optimiser ces charges déductibles devient ainsi une compétence essentielle pour ceux qui cherchent à prospérer dans le monde des affaires.
Dans cet article nous aborderons d’une part le traitement des frais généraux, d’autre part celui des dépréciations et provision et enfin les amortissements.

Le traitement des frais généraux

1.1 Comment distinguer une immobilisation de frais généraux ?

Face à une dépense engagée par l’entreprise, l’attention se porte sur son incidence sur le bilan global de la société. Il est crucial de déterminer si cette dépense entraînera une inscription au poste d’actif. En l’absence d’une inscription à l’actif, la dépense est considérée comme des frais généraux.
La contrepartie de cette dépense ne se traduira pas par un actif, mais plutôt par l’acquisition d’un service (par exemple, le paiement des salaires). Prenons l’exemple où une entreprise a signé un contrat pour exploiter une marque. La question se pose : les redevances, c’est-à-dire les droits, peuvent elles être immobilisées ?

Selon les conseils de l’État SIFE de 1996, cela est possible si l’actif remplit trois conditions non cumulatives.

  • Premièrement, l’actif doit constituer une source régulière de profits.
  • Deuxièmement, il doit présenter une pérennité suffisante, ce qui nécessite une analyse approfondie du contrat pour déterminer s’il offre une durabilité, tenant compte
  • Enfin, la troisième condition est la cessibilité, bien que cette dernière ne soit pas déterminante ou nécessaire si les deux premières sont remplies, sauf dans le cas des
    droits de propriété intellectuelle incorporels.
    Sur le plan comptable, le comptable peut envisager l’immobilisation de l’actif (sous réserve de vérifier les conditions).
    Cependant, la question cruciale demeure : à quelle valeur doit-on immobiliser cet actif ? Le problème se pose particulièrement dans le cas de la marque, où l’entreprise n’est pas propriétaire, mais où le montant des redevances peut être inscrit à l’actif en tant que droit acquis.
    Par conséquent, les redevances payées ne sont pas enregistrées en tant que charges, mais plutôt immobilisées.

1.2 Les conditions de déductibilité des frais généraux

Si un élément est immobilisé, il n’est pas déductible, tandis que s’il relève des frais généraux, il est impératif de vérifier les conditions de déductibilité :

  • Cette opération entraîne une diminution de l’actif net,
  • et il est essentiel de disposer d’une pièce justificative, telle qu’une facture.
    La dépense doit être dans l’intérêt de l’entreprise, c’est-à-dire qu’elle doit être utile et ne pas constituer un acte anormal de gestion. L’administration fiscale peut remettre en question certaines charges si elles ne sont pas dans l’intérêt de l’entreprise, c’est-à-dire si elles ne procurent aucune contrepartie à l’entreprise.
    Dans ce cas, même si l’actif a été retiré du bilan comptable, la déduction est impossible, et la charge sera imposée en conséquence.

1.3 Le contrôle des charges déductibles

L’administration a le pouvoir d’auditer les frais engagés par une entreprise et de remettre en question leur déductibilité.
Par exemple, si une entreprise doit payer une amende en raison d’une infraction commise par l’un de ses salariés, il n’est pas possible de déduire cette dépense en raison de sa nature liée à une pénalisation légale.
Concernant les dépenses somptuaires, qui sont des dépenses imposées dans l’intérêt de l’entreprise par détermination de la loi, leur déductibilité est encadrée. Pour d’autres types de dépenses, la déduction est possible sous réserve de la présentation de pièces justificatives.

Le traitement des dépréciations et provisions

2.1 Définition de la notion et typologie

La dépréciation a pour objectif de constater une perte de valeur des éléments de l’actif, signalant ainsi une perte probable mais non définitive.


À l’inverse, l’amortissement, sur le plan comptable, représente une perte définitive. Prenons l’exemple d’un propriétaire de fonds de commerce avec une activité en déclin qui constitue une provision pour la dépréciation de cet actif.


Les provisions peuvent également être établies pour anticiper des risques ou des charges futures pour l’entreprise, comme le cas des clients qui ne paient pas, entraînant une provision pour créance douteuse.
En matière de provisions, il est permis de constater une charge de manière anticipée, ce qui présente un avantage fiscal en réduisant l’assiette imposable.
C’est précisément pour cette raison que les provisions doivent répondre à des conditions de déductibilité.

2.2 Les conditions de déductibilité des provisions

L’article 39 5 du Code Général des Impôts énonce quatre conditions pour pouvoir déduire une provision sur le plan fiscal :

  • La provision doit anticiper une perte ou une charge elle-même déductible : elle doit donc prévoir des frais généraux déductibles plutôt qu’une immobilisation. Par exemple, si une entreprise investit dans un fonds de commerce et souhaite constituer une provision, elle ne peut le faire, car le fonds est une immobilisation avec une inscription à l’actif lors de l’acquisition, rendant la provision non déductible.
  • Les déductions doivent être équilibrées : en provisionnant, le jour où une reprise de provision survient, cette dernière est considérée comme un produit imposable. Ainsi, même si la charge et la provision sont déductibles, il existe un équilibre avec l’imposition de la reprise.
  • La perte ou la charge doit être nettement précisée : elle ne doit pas être éventuelle. Par exemple, si un chef d’entreprise verse une prime à un salarié en tant que complément de salaire, cette charge est déductible, ainsi que la provision, à condition qu’une méthode de calcul précise soit établie.
  • La perte ou la charge doit être probable : elle ne doit pas être simplement éventuelle. Il doit y avoir des éléments tangibles indiquant que l’événement peut se réaliser. Par exemple, la menace d’un client concernant le paiement d’une créance n’est pas probable, tandis qu’une procédure financière indiquant que la créance est douteuse est probable.
  • La perte ou la charge doit résulter d’événements survenus pendant l’exercice et en cours pendant sa clôture : par exemple, si un client engage une procédure pendant l’exercice et que cette procédure est en cours à la clôture de celui-ci.

2.3 Le sort des provisions

Optimisation fiscale et Charges déductibles : Analyse approfondie des Provisions et Prévention des Doubles Déductions

Si la provision satisfait aux quatre conditions, l’attention se porte sur son devenir, étant donné son caractère provisoire résultant d’une anticipation. L’objectif est d’éviter une double déduction, et les écritures comptables sont conçues pour s’équilibrer afin de refléter la réalité.

Des charges déductibles dans le Contexte des Provisions : Anticipation, Perte, et Rééquilibrage Comptable


Prenons l’exemple d’une provision pour créance litigieuse établie par crainte que le créancier ne règle pas sa dette. Cette provision est déduite du résultat imposable. La question qui se pose est de savoir si l’événement anticipé se concrétise ou non : lorsque l’on est certain qu’il n’y aura pas de paiement, une perte est constatée. Cette constatation de perte entraîne une double déduction, couvrant à la fois la perte et la provision. Lorsque l’événement se réalise, une reprise de provision est effectuée pour rééquilibrer les écritures, générant ainsi un produit.


En cas de provisionnement insuffisant, la déduction est partielle pour la provision, mais la perte est intégralement constatée. La reprise de provision ne couvre que le montant effectivement provisionné, aboutissant à une déduction complète de la perte.

Charges déductibles : Gestion Prudente des Provisions et Risques Fiscaux


Si la provision est irrégulière dès l’origine, c’est-à-dire si elle n’était pas justifiée, elle doit être réintégrée dans le résultat de l’exercice au cours duquel elle a été déduite.
Un problème potentiel réside dans le fait que l’administration fiscale peut identifier cette irrégularité ultérieurement. La réintégration n’est possible que si la prescription n’a pas encore été atteinte. Une fois la prescription atteinte, l’administration peut réintégrer le montant dans les résultats imposables de l’exercice non prescrit.

Le traitement des amortissements comme charges déductibles

L’amortissement est également une charge déductible sans décaissement. Cependant, l’objet des amortissements diffère de celui des provisions.


L’amortissement vise à répartir la valeur d’acquisition d’un élément d’actif immobilisé sur une certaine durée, partant du principe que cet actif perd de la valeur avec le temps en raison de l’usure, de l’obsolescence ou d’une durée juridique. Par exemple, si une entreprise acquiert un actif matériel et décide de l’amortir sur une période de 5 ans, l’amortissement permet à l’entreprise de déduire progressivement la valeur d’acquisition. Cette approche offre un avantage fiscal immédiat en réduisant l’assiette fiscale imposable.


Il convient de noter que seuls les éléments de l’actif immobilisé peuvent faire l’objet d’un amortissement, tandis qu’un stock, par exemple, ne peut pas être amorti de la même manière qu’une créance. Il est également important de souligner que l’amortissement ne se limite pas aux immeubles.
Sur le plan comptable, l’amortissement est considéré comme une diminution de la valeur d’un bien dans le temps, et les avantages fiscaux qui en découlent sont étalés sur la durée. Bien que l’amortissement ait une base comptable, il peut s’écarter de la fiscalité dans certains cas.

3.1 Les conditions de l’amortissement

Afin de réaliser des amortissements, il est nécessaire d’avoir un actif qui soit intrinsèquement sujet à l’amortissement, et il est impératif d’enregistrer ces amortissements de manière appropriée.
Tous les actifs ne sont pas automatiquement amortissables, car :

  • Les biens non amortissables sont ceux qui ne figurent pas dans l’actif immobilisé.
  • Les biens amortissables comprennent ceux dont l’utilité semble limitée dans le temps (ce qui exclut les biens pour lesquels il est difficile de déterminer avec précision quand les effets économiques prendront fin, tels que les terrains et les fonds de commerce) : immeubles, équipements, actifs incorporels soumis à des critères juridiques tels que les brevets.
    Pour que l’amortissement puisse être déduit, il est impératif qu’il soit consciencieusement enregistré en comptabilité.

3.2 Le mode de l’amortissement

L’amortissement : Une charge déductible sans décaissement

En comptabilité, le seul mode d’amortissement est le « linéaire », qui implique l’enregistrement d’une annuité constante d’amortissement. Il est important de noter que le prorata doit être calculé si l’actif est détenu pendant seulement quelques mois plutôt que sur une année complète.

Amortissement Linéaire : Une Constance Annuelle


Ce mode est principalement destiné à être appliqué sur le plan fiscal. Cependant, sur le plan fiscal, le mode « dégressif » est également présent. Il se caractérise par une annuité dégressive, impliquant un amortissement plus important au cours des premières années et moins important au fil du temps. L’objectif est de générer un avantage fiscal plus significatif initialement, ce qui représente une mesure fiscale de soutien à l’investissement.

Amortissement Dégressif: Avantages Fiscaux Initiaux


Ainsi, il est plus avantageux d’opter pour le mode dégressif au cours des premières années, puis de passer au mode linéaire vers la fin de la période d’amortissement. Il est à noter que l’amortissement dégressif constitue une dérogation, car il représente une exception à la norme comptable en raison de la divergence entre la fiscalité et la comptabilité. Le calcul de cet amortissement est plus complexe, car il repose sur la valeur d’acquisition pour les premières années et sur la valeur nette comptable (c’est-à-dire la valeur d’acquisition moins l’amortissement pratiqué) pour les années suivantes

3.3 Le calcul de l’amortissement

Ce calcul repose sur deux paramètres essentiels :

  1. La base d’amortissement, qui correspond à la valeur d’acquisition ou à la valeur nette comptable en cas d’amortissement dégressif.
  2. La durée d’amortissement : cette dernière dépend de la nature du bien, avec une durée plus longue pour les biens immobilisés ou immobiles, et des durées plus courtes pour les biens mobiles ou mobiliers. Cependant, la considération principale concerne la durée d’obsolescence. Par exemple, un logiciel a tendance à devenir obsolète rapidement, ce qui se traduit par une durée d’amortissement courte, par exemple de 3 ans, tandis que les bâtiments peuvent avoir des durées plus longues, comme 20 ans, en raison de leur moindre propension à l’obsolescence.

Optimiser le rendement des liquidités de l’entreprise, garantir des compensations compétitives pour les cadres et le personnel, mitiger les risques liés à l’existence et garantir une transmission efficace du patrimoine professionnel représentent les principales visées de la gestion patrimoniale au sein des entreprises. Ces missions sont méticuleusement accomplies par Patrimoine Design.

Picture of Patrimoine Design
Patrimoine Design

Comments are closed.

Shopping Basket