6 arguments pour investir dans le vin sans complexe!

Il est aujourd’hui possible d’investir dans divers domaines : l’immobilier, les marchés financiers, le non coté, les œuvres d’art, les bijoux de luxe, les chevaux…mais également le vin. Alors comment investir dans le vin et pour quels avantages ? Nous vous expliquons tout ceci dans cet article.

Comment investir dans le vin ?

Il existe principalement deux possibilités pour investir dans le vin :

  • Vous pouvez tout d’abord acquérir des bouteilles de vin, les conserver puis les revendre dans l’optique de réaliser une plus-value à la revente
  • Ou vous pouvez opter pour l’investissement viticole via la détention de parts de Groupement Foncier Viticole.

C’est cette seconde possibilité que nous allons développer dans notre article.

Qu’est-ce qu’un Groupement Foncier Viticole (GFV) ?

Un GFV, Groupement Foncier Viticole, est une société civile qui permet à des associés de détenir indirectement des domaines viticoles, loués par un bail à long terme à un viticulteur exploitant qualifié, en échange d’une rémunération. Concrètement, vous achetez des parts de société, tout comme d’autres investisseurs, société qui détient des domaines viticoles, loués à un viticulteur qui les exploite et qui reverse aux investisseurs, une partie des bénéfices tirés de l’exploitation des vignes.

Investir dans le vin via un GFV

Quels avantages procure l’investissement dans le vin via les GFV ?

La détention de parts de GFV permet de bénéficier de nombreux avantages :

1- Cet investissement vous laisse le choix de percevoir une rémunération en dotation en bouteilles chaque année, ou en numéraire : vous percevez donc des revenus complémentaires, sous la forme de votre choix.

2- Il vous permet d’investir dans le vin sans avoir à en gérer l’investissement : vous n’avez pas à sélectionner de Crus particuliers ni à vous préoccuper de la gestion de la société, tout est délégué au GFV.

3- Certains GFV offrent la possibilité de bénéficier d’une réduction d’impôt de 18% à 25% (loi IR-PME) de l’investissement dans la limite du plafond des avantages fiscaux, et à la condition de détenir les parts entre 5,5 ans et 7 ans selon les GFV.

4- La détention de parts de GFV est un réel outil de transmission de votre patrimoine par voie de donation ou de succession d’après l’article L322-16 du Code rural et de la pêche maritime. Ainsi, il vous permet de bénéficier d’un avantage fiscal considérable au moment de la transmission des parts, que celle-ci soit réalisée de votre vivant par le biais de donation, ou plus tard, par succession. Effectivement, les droits de mutation dus sur ces parts sont calculés après un abattement de 75 % de la valeur transmise jusqu’à 300 000€, et 50 % au-delà selon les conditions fixées à l’article 793 et 793 bis du Code général des impôts. Cela apporte donc une économie d’imposition non négligeable sur le patrimoine transmis. 

5- Les parts de GFV étant des parts de société, elles sont démembrables. Elles permettent donc de bénéficier d’un double avantage fiscal lors de leur transmission : celui lié à la nature même des parts de GFV, comme expliqué précédemment, et celui lié au démembrement, expliqué dans cet article. Il peut donc être mis en place la stratégie d’anticipation de la transmission du patrimoine suivante : investir en GFV, puis transmettre par voie de donation, ou à la succession, les parts en démembrement de propriété. 

6- Enfin, la détention de parts de GFV vous permet de bénéficier d’un troisième avantage fiscal : il vous exonère d’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) à hauteur de 75% de votre investissement jusqu’à 101 987€, et à 50% au-delà : il peut donc vous permettre de limiter votre charge fiscale sur le patrimoine que vous détenez.

INVESTIR EN GVF GROUPEMENT FONCIER VITICOLE

Quels avantages procure l’investissement dans le vin de manière générale ?

Outre les avantages propres à l’investissement viticole via la détention de parts de GFV, de manière plus générale, investir dans le vin présente de nombreux atouts :

1- Il vous permet de venir diversifier votre patrimoine en détenant un actif tangible : votre patrimoine étant généralement composé de biens immobiliers et de produits financiers uniquement, vous apportez via cet investissement, une diversification à votre patrimoine, venant réduire le risque global de votre portefeuille d’investissement

2- L’investissement viticole est peu risqué : il est classé sur une échelle de risque de 1 à 7, à 3 (7 étant le plus risqué). On parle de DICI 3.

3- De plus cet investissement a une volatilité modérée, ce qui signifie que la valeur de vos biens ne subit pas d’importantes variations, ce qui peut être rassurant pour un certain nombres d’investisseurs.

4- La performance d’un tel bien est décorrélée des marchés financiers : ainsi si votre patrimoine financier (assurance-vie, PER, contrat de capitalisation, détention d’ETF…) subit des pertes suite à la chute des marchés boursiers, votre investissement viticole ne sera lui, pas impacté

5- La performance de cet investissement est liée à l’inflation : ainsi plus l’inflation augmentera, plus le rendement perçu par votre investissement croira, vous permettant de venir réduire l’impact de l’inflation sur cet investissement

  • Atouts économiques : en investissant dans le vin, vous soutenez les propriétés en faisant rayonner les Grands Crus au niveau mondial : le vin demeure l’un des fleurons de l’économie française et s’exporte comme un véritable produit de luxe incarnant la Culture et l’Art de Vivre à la Française. Par ailleurs vous participez à la création d’emplois via la location des vignes à des exploitants.
  • Atouts écologiques : 100% des surfaces seront sous certification environnementale en 2030. Cet investissement est donc un investissement socialement responsable (ISR).

https://gfv-bacchusconseil.com/Video_GFA_MAS_DE_LAURICET

Limites/Conditions de cet investissement

Comme tout investissement, l’investissement viticole présente des limites, ou des conditions à remplir pour bénéficier des avantages qu’il procure :

  • Tout d’abord, les avantages fiscaux liés à la transmission du patrimoine évoqués précédemment nécessitent que le souscripteur conserve ses parts de GFV durant deux ans au minimum avant leur transmission et que les personnes bénéficiaires les détiennent à leur tour cinq ans minimum, soit une durée minimale de détention des parts de GFV de sept ans pour bénéficier de cet avantage. Le bail rural signé avec l’exploitant doit également être d’une durée supérieure à 18 ans.
  • Le bénéfice de l’abattement d’IFI est quant à lui possible après 2 ans de détention.
  • Concernant le bénéfice de la réduction d’impôt sur le revenu, il est nécessaire de détenir les parts entre 5,5 et 7 ans selon les GFV.
  • S’agissant d’un investissement dans une société civile, la responsabilité des associés peut être supérieure au montant de leurs apports : les sociétés de personnes sont translucides et ses associés doivent payer en cas d’insolvabilité pour cette dernière, autrement dit, d’honorer le paiement de ses dettes. Dans la pratique, l’article 1858 du Code civil dispose que « les créanciers ne peuvent poursuivre le paiement des dettes sociales contre un associé qu’après avoir préalablement et vainement poursuivi la personne morale ». Il existe également des dispositions que le GFV peut prendre pour limiter ce risque :
    • Il est possible d’instaurer que le GFV, propriétaire du foncier, ne puisse emprunter sans l’accord des associés pris en assemblée générale extraordinaire, vous permettant de mesurer la solvabilité de la société et de donner votre accord en amont de la création de dette
    • Le fait de ne pas détenir de bâtiment par le GFV permet d’éviter des demandes de l’exploitant pour effectuer des travaux à la charge du GFV
    • Une convention peut être conclue lors de la signature du bail entre le GFV et l’exploitant, lui donnant l’autorisation d’arracher et de replanter les vignes à ses frais, sans réduction de fermage, c’est-à-dire de la rémunération au GFV.
  • Une attention particulière est également à porter sur la liquidité limitée des parts d’un GFV. En effet, il peut être difficile de céder ses parts de GFV lorsque celles-ci représentent une valeur conséquente. Il est alors conseillé d’allouer une faible part de son patrimoine à un tel investissement. En pratique, il est recommandé de limiter l’investissement à 6% du patrimoine global, dans la limite de 700 000€. La mise en place d’une fiducie-sûreté peut aussi être une stratégie intéressante, utile pour répondre au besoin de liquidité en cas de cession. Cette solution est néanmoins complexe à mettre en place et très peu courante. 
  • L’investissement en GFV étant un achat de part de société, celles-ci peuvent s’apprécier, comme se déprécier dans le temps : il existe donc un risque de perte en capital
  • Des frais en cas de revente des parts de GFV avant une certaine durée de détention peuvent être imposés, ils sont généralement de l’ordre de 10%
  • Enfin, la performance de cet investissement dépendant notamment de la qualité de la récolte, elle est donc un peu plus incertaine

Notre rôle dans votre investissement

Notre rôle est de vous aider à définir l’investissement qui sera le plus adapté à vos besoins, objectifs et contraintes. L’investissement viticole peut être le plus adéquat tant il permet de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu, d’impôt sur la fortune, et d’impôt sur les transmissions, qu’il constitue un investissement dans un domaine tout particulier vous permettant d’apporter de la diversité à vos investissements, ou qu’il puisse simplement venir répondre à un attrait particulier pour ce domaine. Contactez-nous !

Pour bénéficier d’une expertise en private equity, contactez le cabinet de conseil financier Patrimoine Design.

Picture of Patrimoine Design
Patrimoine Design

Comments are closed.

Shopping Basket